Marine Ragi part à la conquête de ses premiers championnats France

Marine, cadette deuxième année, participe ce dimanche 6 octobre aux championnats de France de 10 kilomètres. Elle prendra le départ à 9h45 du côté de Carnet en Roussillon. Entretien.


Intéressons-nous, tout d’abord, à ta saison estivale. Peux-tu me dire quelques mots à ce sujet ?

"J’ai centré uniquement ma saison sur la piste et le 1500 mètres. L’objectif, avec mon coach (Frédéric Cornette), était de travailler la vitesse, notamment celle de fin de parcours. Je sens que j’ai vraiment progressé. J’ai pu également améliorer, à chaque fois, mes chronos, passant de 5’52 à 5’24. C’était vraiment trop bien, surtout les gros meetings comme ceux de Bruay-La-Buissière ou Saint Maur. C’était super !"


Ta saison s’est beaucoup axée sur la piste. Tu as donc peu couru sur route ?

"Effectivement, j’ai fait qu’un 10 kilomètres, celui de Valenciennes, juste après la saison hivernale, en 45’42. J’y ait donc réalisé les minimas pour les championnats de France fixés à 46’. J’ai senti que tout le travail réalisé cet été sur la piste a porté ses fruits. Cela m’a permis de maintenir une forte allure sur les deux derniers kilomètres."


Abordons à présent ta préparation pour ces championnats de France. Comment s’est-elle déroulée ?

"J’ai coupé un mois et demi entre début juillet et la mi-août. Et ensuite j’ai repris pour préparer ces 10 kilomètres. On a beaucoup bossé sur l’endurance et une nouvelle fois la vitesse. On a fait beaucoup de séances sur piste, à base de 500 mètres et 1000 mètres. Elles étaient vraiment superbes, surtout celles travaillant le foncier. A la reprise je m’entrainais trois fois, puis sur la fin je suis passée à cinq séances par semaine."




Marine au départ du 1500m du deuxième tour des interclubs.

© Guillaume Debordeaux




"La route est la seule discipline où je me sens à l’aise."

Quels étaient tes ressentis tout au long de cette préparation ?

"Au début, c’était difficile mais à force d’en faire ça devenait simple, je ne souffrais plus. Plus on avançait dans le temps, plus l’envie était là, voyant les France approcher. L’objectif était là. Ça allait. D’autant plus que la route c’est vraiment ce que je veux faire. La route est la seule discipline où je me sens à l’aise.

Aujourd’hui, je me sens bien préparée. J’ai beaucoup progressé au niveau du foncier et de la vitesse. Physiquement je suis en pleine forme."


Nous voilà désormais à quelques jours des France de 10 Km. Comment les abordes-tu ?

"J’appréhende, je me dis qu’il va y avoir un beau niveau, quand je regarde les chronos des autres filles. J’ai un peu peur. Mais en même temps je suis tellement excitée, j’ai tellement voulu cette qualification. Je vais tout donner, je suis vraiment au taquet.Je vois cette course comme un aboutissement. J’ai tellement bossé. Je me suis faite mal à l’entraînement, j’ai souffert. C’est quelque chose qui se concrétise."


Quels sont tes objectifs ?

"J’aimerais beaucoup passer en dessous la barre des 40 minutes et rentrer dans le top 5. C’est ambitieux, mais tout mélangé, la préparation et l’excitation, ça peut faire quelque chose de bien."


Les France se déroulent dans le Sud. Appréhendes-tu les conditions météorologiques qui s’annoncent plutôt chaudes ?

"Ils annoncent très beau et très chaud. Mais la chaleur ne m’inquiète pas. En revanche, le vent, lui, me préoccupe un peu, car il y a deux kilomètres du parcours qui se font en bord de mer. Si on se tape le vent en pleine face, ça va


Tu es venue accompagner de ton père et de frère. Leur présence est une chose qui te tient à cœur ?

"Complétement, ça va m’aider, mon frère est ma moitié en compétition et mon père, c’est important. Je stresse, j’ai peur de décevoir."


Marine découvre ce week-end pour la première fois un championnat de France. Ce sera pour elle une expérience inoubliable. Souhaitons-lui de réussir au mieux ce rendez-vous national, mais surtout de prendre un maximum de plaisir. Rendez-vous Dimanche.

DANS L’ŒIL DU COACH

Frédéric Cornette : "Marine est une athlète motivée et courageuse qui travaille dure. Pour ses premiers championnats de France, le but est de découvrir, de profiter. La performance est secondaire. Je pense tout de même qu’après ces 8 semaines de préparation spécifique, elle peut battre son record. Mais tout dépendra du parcours et de sa forme du moment. L’objectif premier et de prendre plaisir."



FC Laon Athlétisme 

  • Facebook
  • Instagram